Contre la sélection en master : réunion publique le 15 avril !

Jeudi prochain, le 15 avril, l’UNEF vous invite à 14h45 à une réunion publique. Deux objectifs pour ce rassemblement : vous informer sur la sélection en master et son évolution actuelle, et débattre avec vous des positions à adopter face à cette logique de sélection, absolument contraire au principe d’autonomie des étudiants. Ci-dessous vous retrouverez un résumé du groupe de travail sur l’orientation et la sélection en master, ainsi que notre analyse…

—————

Lundi dernier vos élus étudiants ont rencontré Hervé Crès pour faire le point. Il a été difficile d’obtenir des réponses claires quant à l’avenir de la sélection mais une chose est sure : elle va s’étendre. Ainsi, l’école de la Communication pourrait devenir officiellement sélective. De plus, l’«écolisation» du master Affaires Internationales sera discutée et votée en Conseil de Direction en Mai-Juin, avec une volonté non dissimulée de le rendre sélectif. Il est donc temps de faire un point sur la sélection en master et son évolution. En n’oubliant pas que la différenciation entre les frais d’inscription en premier cycle et en master entraîne une sélection de fait, ainsi que l’obligation du niveau B2 en Anglais pour l’obtention du Bachelor.

Pour la direction, le facteur premier pour l’accès au master, ou à l’école, ne serait pas le choix de l’étudiant, mais celui du responsable pédagogique, pour répondre à une logique d’insertion professionnelle. L’UNEF trouve intolérable de baser les critères d’entrée dans un master sur du court terme, et de ne pas prendre en compte les apports personnels du master pour les étudiants ! De plus, un étudiant motivé réussira bien mieux dans le master de son choix que dans une voie qu’il n’a pas choisie. La direction justifie aussi la sélection en disant vouloir sélectionner afin de créer certaines « dynamiques de groupe » au sein des classes de master… Mais quelle sera la dynamique d’une classe composée en partie d’étudiant ayant choisi un master par défaut, celui de leur choix leur ayant été refusé ?! L’administration doit donc reconnaitre qu’une dynamique se crée avec des étudiants intéressés, qui ont eu la volonté d’intégrer ce master ! C’est pourquoi l’UNEF considère que la seule motivation de l’étudiant doit suffire à lui laisser une place en master, étant donné que le niveau requis est garanti par l’obtention du Bachelor.

Reste une réalité : l’insertion professionnelle n’est pas toujours évidente. Mais la sélection n’est pas la solution miracle. Un travail sur la pédagogie dans les masters est nécessaire pour conserver une culture commune à tous les étudiants de Sciences Po, en sauvegardant le tronc commun et la pluridisciplinarité. Cette pluridisciplinarité est un élément pour nous essentiel, qui garantirait de deux manières une meilleure réussite et un réel épanouissement des étudiants durant leur master. D’abord en garantissant des passerelles plus souples entre les différents masters, pour permettre une éventuelle réorientation, cette réorientation serait possible grâce à un véritable tronc commun. Ensuite, en élargissant les débouchés. Les masters trop spécifiques réduisent de par leur maquette pédagogique le champ professionnel leur correspondant. Cette dernière mesure aussi d’éviter la suppression pure et simple de certains masters, comme ça a été le cas avec le master Management de la Culture et des Médias, qui n’était pas assez «rentable». Cette suppression aurait pu être évitée en travaillant sur le contenu pédagogique du master, au lieu de mettre un terme à de beaux projets.

Enfin un des principaux problème de cette sélection en master est de savoir sur quels critères elle se base. L’inquiétude de l’UNEF à cet égard n’est pas infondée : les étudiants refusés à l’école de la Communication en juillet dernier l’ont été pour une «incohérence» entre leur 3A et l’école de la Com’. Or la 3A doit pouvoir rester une année d’ouverture et de découverte, et le premier cycle a une vocation généraliste. Il est donc absurde de sélectionner un étudiant en fonction de sa 3A ! Face à cette sélection arbitraire, une sélection officielle reposerait soit sur un examen de niveau, qui est déjà existant : le bachelor, soit sur des quotas. Des quotas entraîneraient inévitablement  une «orientation vers la sortie», ou un système de masters d’élite face à des masters «poubelles». L’UNEF refuse que des étudiants soient poussés vers la sortie après le Bachelor, ou qu’ils se retrouvent dans un master qu’ils n’ont pas choisi.

Pour toutes ces raisons, l’UNEF s’oppose fermement à toute sélection entre les deux cycles de Sciences Po.

Pour permettre aux étudiants d’être autonomes, il est nécessaire qu’ils aient accès à une bonne information en amont. Aujourd’hui, cette information fait largement défaut. C’est pourquoi l’UNEF propose un réel travail quant à l’orientation et à la pédagogie.

D’abord le forum de l’orientation mis en place à l’initiative de l’UNEF permet de rencontrer des étudiants des différents masters, donc d’en apprendre plus sur leur contenu ; mais aussi des professionnels, qui permettent de découvrir les débouchés de chaque master. Les forums des métiers viennent compléter ces informations. Il est nécessaire de soutenir ces initiatives mais aussi d’exiger leur développement, particulièrement en faveur des campus délocalisés. Mais cet effort d’information des étudiants ne doit pas être que ponctuel. Les étudians doivent pouvoir trouver facilement les réponses à leurs questions. Il est donc temps de songer à la mise en place d’un système de FAQ complet et régulièrement mis à jour (au contraire du site internet actuel qui connaît parfois d’importants retards face aux modifications des maquettes pédagogiques). L’institutionnalisation des sites ou blog de masters doit également être pensée pour permettre un interaction plus directe entre les étudiants du premier cycle et ceux du second, qui en connaissent les réalités.
En somme, des informations nombreuses et détaillées sur les débouchés (types d’entreprises à consulter, sites internet à aller voir), mais aussi une systématisation des relations entre les étudiants et les acteurs des masters, étudiants, anciens, professeurs… La troisième année empêchant un accès « direct » à l’information, le volet numérique de l’orientation est un bon complément, mais pour des conseils plus spécifiques, un système d’entretiens individuels devrait être mis en place, et ce dès la 2ème année d’études.

L’UNEF discutera de toutes ces questions de sélection et d’orientation avec les étudiants lors d’une réunion publique le jeudi 15 Avril. Cette réunion permettra à l’UNEF de vous rappelez le contexte et les enjeux de cette sélection, de vous présentez son analyse et ses propositions, et bien sûr d’en débattre avec vous ! Venez nombreux ! Nous pourrons ainsi renforcer la démocratie étudiante, en prenant en compte vos points de vue, et rappeler à la direction que l’UNEF, élue notamment grâce à ses positions claires face à la sélection en master, n’oublie pas cette question et ne lui permet pas de passer outre la volonté des étudiants !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *