Un meilleur Pouvoir d’Achat étudiant : une affaire qui nous concerne TOUS !

Cet été, pour défendre les étudiants, l’UNEF n’a pas pris de vacances. Le syndicat a tenu ses engagements en défendant avec constance et efficacité les étudiants. En effet, l’année universitaire 2010-2011 s’ouvre sur le recul de Francois Baroin sur la question du cumul APL- demi-part fiscale, et le financement du 10e mois de bourse !

Première victoire : réussir à conserver le droit de bénéficier à la fois des Aides Personnalisées au Logement et de la demi-part fiscale pour les étudiants.

L’histoire est simple. En juillet dernier, le nouveau ministre du budget, François Baroin, décide sacrifier les aides accordées aux étudiants et donc interdire, entre autres, le cumul APL- demi-part fiscale. Cette mesure touche 650 000 étudiants et a comme seul but –assumé par le ministre- de faire des économies sur le dos des étudiants.
Cette proposition a suscité un tollé général auprès des étudiants et du syndicat qui les représente : l’Unef. Face à cette indignation et à la vive réaction du syndicat majoritaire en France, François Baroin a dû céder et soustraire sa proposition.

Seconde victoire : le financement d’un 10ème mois de bourse pour les étudiants

L’UNEF le demandait depuis plusieurs années. Nicolas Sarkozy l’avait promis et Valérie Pécresse annoncé en 2009. Pourtant, il aura fallu une année de mobilisation et des milliers de pétitions pour forcer le gouvernement à tenir ses engagements. Les étudiants toucheront 9,5 mois de bourse dès cette année, et 10 l’an prochain.

Toutefois, ces victoires considérables pour le pouvoir d’achat des étudiants n’ont pas empêché le traditionnel constat de la hausse du coût de la vie des étudiants, qui se chiffre à 4,3% cette année comparativement à la rentrée 2009. On y retrouve une hausse du prix du ticket resto U de 3,4%, une hausse des frais d’inscriptions de 1,7% en Licence et de 2,5% pour les masters et doctorants, ainsi qu’une hausse de la cotisation à la sécurité sociale étudiante de 1%.

Qui plus est, des problèmes fondamentaux persistent : plus de 100 000 étudiants sous le seuil de pauvreté, seulement 7% d’accès à un logement universitaire en France et 3% en région parisienne (contre 40% en Allemagne par exemple), l’accès au premier emploi stable à 27 ans…

Les conditions de vie des étudiants sont précaires, et elles se dégradent ! Il est urgent de réagir, et nos victoires de l’été montrent que nos revendications peuvent aboutir.

Que faire ?

L’Unef fait le choix d’informer les étudiants le plus possible sur aides auxquelles ils ont le droit. Il existe notamment deux fonds d’aide sociale d’urgence auxquelles peuvent prétendre les étudiants de l’IEP de Paris : le Fond National d’Aide d’Urgence (FNAU) et la Commission de Suivi Social (CSS).

Le Fond National d’Aide d’Urgence est géré par le CROUS et délivre des aides ponctuelles (152€) ouvertes à tous les étudiants. Pour les ressortissants de l’Union Européenne, cette aide peut être d’un montant supérieur. L’aide peut aussi être mensualisée en fonction de la situation de l’étudiant.

La Commission de Suivi Social est propre à l’IEP. Trois personnes y siègent, dont deux étudiant(e)s, le/la président(e) étudiant(e) de la Commission Paritaire et le/la vice-président(e) étudiant(e) du Conseil de Direction (deux élus UNEF). Cet organe peut accorder une exonération de frais d’inscription (cas d’indépendance financière ou de changement dans sa situation). Il peut aussi faire passer dans la tranche inférieure de la grille des FI si le plafond est dépassé de peu.

Il ne faut pas hésiter à déposer des dossiers. Ces fonds sont sous-utilisés. Cependant, loin d’en conclure que la précarité étudiante n’est qu’une illusion, cette situation montre un manque information, c’est pourquoi l’UNEF t’en parle et se propose de t’aider à constituer le dossier.

Donc pas d’hésitation, si ta situation est difficile, viens nous voir et dépose un dossier !

Ainsi, l’UNEF mène campagne dans toutes les universités de France pour informer, défendre et faire prendre conscience de la précarité étudiante afin que tous ensemble nous réclamions :

– l’augmentation en nombre et en montant des bourses étudiantes la construction de 8500 chambres universitaires et la rénovation de 9000 logements étudiants

– la revalorisation de 10% des aides au logement et la suppression du mois de carence l’exonération de la taxe d’habitation pour tous les étudiants et la généralisation de la caution solidaire.

Venez nombreux à la table UNEF vous informer sur la campagne, sur les modalités de constitution de dossiers et signer les pétitions !

(ou pour toute autre question !)

Nous vous attendons tous les jours en péniche de 10h à 17h !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *