« La retraite, une affaire de jeunes »… plus que jamais !

Avec plus de 3 millions de manifestants, dont environ 150 000 jeunes, mardi 12 et samedi 16 octobre, la mobilisation contre la réforme des retraites prend une ampleur considérable.

Alors même que le gouvernement s’applique à dire que le mouvement social s’essouffle, c’est notre rôle de rappeler la réalité, et même au-delà, le contexte de la réforme et de la mobilisation.

Au début de son quinquennat, Nicolas Sarkozy avait annoncé ne pas avoir été mandaté pour réformer le système de retraites. Or il tente aujourd’hui de le faire, « au nom des jeunes », et en utilisant une procédure législative d’urgence. Il s’octroie donc une légitimité qu’il n’a pas, d’après ses propres paroles. De plus, il veut faire passer sa réforme sans aucune consultation des partenaires sociaux, et notamment en ayant refusé de recevoir les organisations de jeunesse pendant la concertation. La réponse de ceux-ci s’est fait entendre dès la manifestation du 24 juin.

Le calendrier imposé par le gouvernement, jouant sur l’arrivée de l’été et la difficulté à mobiliser pendant les vacances aurait pu mettre à mal le mouvement social. Mais il n’en est rien : dès le 7 septembre, la mobilisation était à la hauteur de toutes les espérances, et elle ne fait que s’amplifier ! L’arrivée en grand nombre des jeunes s’est faite progressivement, au rythme de la rentrée, mais leur présence et leur détermination est à présent incontestable !

Le gouvernement, les médias ne trouvent plus qu’une chose à dire : les jeunes sont manipulés. Ce mépris est insupportable : les jeunes sont informés, et conscients que les conséquences de cette réforme, c’est eux qui les payeront ! Les jeunes, étudiants et lycéens sont aujourd’hui impliqués dans la lutte contre cette réforme, de par leur présence dans les manifestations aux côtés des travailleurs et des actions spécifiques à la jeunesse pour porter ses propres revendications ! Le collectif « La retraite une affaire de jeunes », réunissant une vingtaine d’organisations dont l’UNEF, refuse la double peine imposée aux jeunes, chômage à 25 ans, précarité à 67 !

Alors oui, le texte a déjà été voté par l’Assemblée Nationale, oui il est en discussion au Sénat, mais non ce n’est pas une raison pour baisser les bras ! Le texte sera proposé au vote mercredi 20 octobre, et le CPE nous a montré qu’une loi votée peut encore être suspendue. Il est donc encore temps de se mobiliser, de continuer à exprimer notre désaccord contre cette réforme injuste et inefficace !

C’est pourquoi l’UNEF appelle tous les étudiants à participer à la mobilisation nationale du mardi 19 octobre, et à l’Assemblée Générale à Sciences Po à 12h30, suivie d’un départ à la manif’! (rendez-vous en Péniche).

Pour en savoir plus sur notre opposition à la réforme et sur nos revendications : http://www.unef.fr/delia-CMS/une/article_id-3144/topic_id-160/contre-la-reforme-des-retraites-et-pour-notre-avenir-tous-dans-la-rue-le-16-oc.html

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *