L’UNEF Sciences Po mobilisée contre le système de frais d’inscription.

Depuis maintenant 3 semaines, l’UNEF mène une campagne dénonçant l’injustice du système des frais d’inscription de Sciences Po. Sous couvert de progressivité et de redistribution, ce système ne fait que bloquer la démocratisation de l’IEP en instituant de fait un « quota de riches » qui assure l’équilibre budgétaire, et qui remet en cause le principe même de service public d’enseignement supérieur, gratuit et accessible à tous.
Ce système nous le dénonçons depuis des années, mais aujourd’hui c’est sur trois problèmes particuliers que l’UNEF se bat :
les stages de M2 qui sont obligatoires, et pour lesquels nous devons payer l’intégralité des frais d’inscription, alors même que nous ne sommes pas présents sur le campus et que nous sommes très peu rémunérés
la situation des étudiants étrangers, qui doivent payer le maximum quelque soit leur situation financière et qui n’ont que très peu d’aides sociales pour faire face à ce coût disproportionné
les effets intrinsèquement vicieux du système, qui fait payer beaucoup plus en proportion de leur salaire les tranches intermédiaires, et dont les prix augmentent tous les ans suivants une « inflation » de 3% autodécrétée par Sciences Po
C’est pour lutter en priorité contre ces trois dysfonctionnements, coûteux et régressifs pour les étudiants, que l’UNEF fait signer une pétition demandant :

– la gratuité du 3ème semestre pour le cycle d’urbanisme

– l’abaissement du coût du semestre ou de l’année de stage à même hauteur que l’année de césure (25% des frais d’inscription)

– l’insertion des étrangers non européens dans le système dégressif et leur accès à la commission de suivi social

– le gel des frais d’inscription

 

– la linéarisation du système pour éviter les effets de seuil

Grâce à cette pétition, nous pouvons gagner de nouveaux droits pour les étudiants. Car si le système est condamnable dans son ensemble, ces changements permettront d’en minimiser les effets les plus néfastes et d’améliorer les conditions de vie et d’études du plus grand nombre. Ces avancées intermédiaires, urgentes et nécessaires, changeront ainsi le quotidien des étudiants, et cela, c’est possible si vous signez la pétition de l’UNEF !!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *