Frais d’Inscription : une mobilisation efficace

Le 26 Novembre 2013, Frédéric Mion présentait son projet de budget pour l’année 2014 dans une note aux élus du Conseil de direction. Dans ce budget, les élus UNEF constatent une hausse de 3% en moyenne des frais d’inscriptions payés par les étudiants. Cette proposition injuste allait à l’encontre des promesses faites par Frédéric Mion, alors candidat à la succession de Richard Descoings, devant le conseil de direction le 28 février où il déclarait alors que le montant des droits de scolarités avaient « atteint le maximum supportable ». Ce projet était également inutile car le budget présentait un excédent de 1,8 million d’euro alors que cette hausse des frais d’inscription n’en rapportait que 650 000, et que l’augmentation mécanique du montant issu des frais d’inscription (du fait du nombre supplémentaire d’étudiants) dégageait déjà 3 millions d’euros supplémentaires.

Condamnant cette hausse qui constituait une nouvelle charge pour les étudiants et leur famille, l’UNEF décide de lancer alors une campagne à Paris comme dans les campus délocalisés. Le 28 Novembre, elle organise une Assemblée Générale en Boutmy, qui rassemble plus de 100 étudiants afin d’organiser collectivement la mobilisation. En moins de 7h, la lettre ouverte recueille pas moins de 1000 signatures tandis que les happenings de l’UNEF en Péniche contribuent à sensibiliser les étudiants.

Face à cette opposition des étudiants, Frédéric Mion propose devant la commission des Finances une réduction de la hausse des frais d’inscription qui passe alors de 3% à 1,3%. Alors que les examens approchent, l’UNEF poursuit les rassemblements, avec notamment une Cérémonie de remise de Chèque à Frédéric Mion le 6 Décembre 2013 avant de lui remettre la lettre ouverte ayant recueilli plus de 2000 signatures.

 

Le 9 décembre 2013, le Conseil de Direction de l’IEP donne un avis favorable au budget malgré l’opposition de l’UNEF. Le lendemain, alors que le budget devait être définitivement voté par le Conseil d’Administration de la FNSP, l’UNEF et les étudiants empêchent la tenue de cette réunion et obtiennent son report. Convoqué en urgence le 17 décembre 2013 en pleine période d’examens, le Conseil d’Administration entérine la hausse de 1,3% des frais.

 

La mobilisation des étudiants aura donc permis de baisser cette augmentation de moitié. Elle aura aussi permis des avancées sur les bourses Boutmy le droit de garder cette bourse (qui vise à baisser les frais d’inscription des étudiants extra-Européens) d’une année sur l’autre ne sera plus conditionné au fait d’être parmi les 50% meilleurs de sa promo, un critère qui mettait en insécurité financière les étudiant. La Commission de Suivi Social sera réformée : elle permettra à tous les cas particuliers de s’y présenter, les inégalités de traitement en fonction des tranches seront supprimées, et les étudiants étrangers verront leur saisine élargie.

 

Alliant mobilisation et recherche de débouchés concrets, la démarche choisie par l’UNEF a permis, malgré l’entêtement de la direction d’obtenir des avancées réelles pour les étudiants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *