Rassemblement contre l’extrême-droite – Appel unitaire

Contre Wallerand de St Just : non au FN à Sciences Po !

Sciences Po, en tant qu’établissement d’enseignement supérieur, appartient avant tout aux étudiant-e-s. Face à la venue de  Wallerand de St Just, candidat du Front national aux élections municipales de Paris, nous faisons le choix d’exprimer notre opposition à ce parti et à ses idées : le racisme, l’homophobie, le sexisme, la haine de l’autre ne sont pas des opinions. Dès lors, ils ne doivent pas être débattus, mais combattus. Nous nous rassemblons donc pour rappeler à Wallerand de St Just que l’extrême-droite n’a pas sa place à Sciences Po.

 Aujourd’hui à 16h en Péniche, rejoignez-nous !

Wallerand de St Just ou l’extrême-droite violente et intégriste

  • Etudiant, il prend part aux actions violentes du GUD, le Groupe Union Défense, connu notamment pour ses ratonnades et son négationnisme.
  • En 1974, il participe à «la reprise de Saint-Nicolas-du-Chardonnet». Il rejoint ensuite le mouvement Chrétienté et Solidarité de Bernard Antoine, qui a pour objectif la rechristianisation de l’Europe et le retour au catholicisme originel.
  • Avocat de profession, il a le secours de la veuve et de l’orphelin chevillé au corps : il est le défenseur attitré de l’extrême-droite en délicatesse avec la justice, et défend par exemple Patrick Binder lors de deux procès pour « provocation à la discrimination et diffamation raciale». Ce dernier avait entre autres comparé l’immigration à une « colonisation musulmane ». Il se fait un plaisir de défendre également les milices libanaises (en la personne de Samir Geaga), ou des criminels serbes au Tribunal Pénal International de La Haye.
  • Il est membre du Bureau politique – principale instance dirigeante – du FN depuis 2005, et trésorier national. Il entretient par ailleurs des liens privilégés avec d’autres organisations de l’extrême-droite la plus dure, notamment avec l’Action française (royaliste et nationaliste), dont il a investit l’un des membres à la candidature à la mairie du 4e arrondissement.

Le FN à Paris : la déclinaison municipale de l’extrême-droite

Dans son programme pour les élections municipales, Wallerand de St Just décline l’idéologie raciste, sexiste, homophobe et réactionnaire du Front national :

  • Il souhaite mettre fin “aux gaspillages innombrables comme les subventions aux associations ainsi qu’aux aides aux immigrants clandestins”
  • Il souhaite faire la chasse aux pauvres en multipliant les arrêts anti-mendicité
  • Il souhaite que les mères aient à rendre des services en échange de la garde de leurs enfants, faisant reposer la charge de la garde de l’enfant sur la mère et rompant avec le service public de crèches et garderies
  • Il souhaite mettre fin aux subventions aux associations LGBT, “militants hostiles à la famille”

 Un parti, une histoire, une stratégie : le renouveau de l’extrême-droite

Le FN est une création de l’organisation fasciste Ordre Nouveau (ON) dont François Brigneau et Alain Robert (deux des six membres fondateurs du FN) étaient des dirigeants. Née en 1969, Ordre Nouveau appelait au « grand nettoyage » pour que la « France revienne aux Français ». Au début des années 1970, Ordre Nouveau adopte une stratégie pour sortir l’extrême-droite française de la marginalité qui dure depuis la chute du régime de Vichy en 1944 et pour permettre, à moyen terme, l’instauration d’un régime fasciste en France. Cette stratégie est celle d’un « front » qui rassemblerait toutes les familles d’extrême-droite françaises. Le chef d’orchestre de cette stratégie est François Duprat, un des dirigeants d’Ordre Nouveau. Ceci donne naissance au Front national. Mais  la stratégie du Front n’est pas seulement l’union des nationalistes, elle est également une entreprise de « respectabilisation » afin de dissimuler le but final et de gagner plus facilement le peuple. Le 6 juin 2013, lendemain de l’assassinat de Clément Méric, Florian Philippot déclare « tandis que la dédiabolisation est achevée dans le peuple, c’est désormais la quête du pouvoir qui doit être l’objectif majeur pour traduire dans le réel notre domination idéologique. ».

Signataires :

  • EELV
  • Front de Gauche
  • GARçES, collectif féministe
  • MJS
  • PS
  • Solidaires EtudiantEs
  • UNEF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *